jeudi 3 janvier 2013

La colline de Brouilly, sentinelle au milieu des vignes





Un site original en Beaujolais

La roche bleue de la colline a longtemps été considérée comme la plus dure de France. 
Son aspect d’un noir plus ou moins bleuâtre lui a valu le nom de « pierre bleue de Brouilly ». Elle fut utilisée pour fabriquer des routes mais a vite été abandonnée car sa dureté et sa nature tranchante détérioraient les pneus!  

Cette terre, bien que pauvre, a trouvé dans la vigne un partenaire solide. Le Gamay donne sur ses coteaux deux crus célèbres : le Brouilly que je produis et le Côte de Brouilly.
La Chapelle de Brouilly, édifiée par les viticulteurs du coin après une année calamiteuse, coiffe la colline.


Au commencement, une légende

La légende voudrait que Gargantua, patron des entrepreneurs des travaux publics, déversa là un soir de beuverie une hotte de pierres.  
Or le nom de Brouilly est plus probablement dérivé du mot romain Brulius, comme hommage de l’empereur à un valeureux commandant romain.  

Un peu d'histoire

Dès le IV° ou V° siècle, la colline aurait été plantée en toutes petites parcelles de vignes. Mais les premières traces de mention du Mont Brouilly en tant que foyer de viticulture remonteraient au XVII° siècle.

Au XIX° siècle, les vins de Brouilly sont reconnus pour leur qualité. Le secrétaire de la Société libre de l’arrondissement de Ville franche écrivit même : « La cuvée de Brouilly possède les qualités les plus essentielles, ce vin en lui-même est d’une qualité bien supérieure. Le vin de Brouilly ne laisserait rien à désirer ».


Une colline, 2 crus

Le Côte de Brouilly et le Brouilly rivalisent avec les crus les plus réputés d’autres vignobles français.
Ces deux vins sont robustes et tanniques


La chapelle de Brouilly, protectrice des viticulteurs

En 1853 naît le projet de construction d’un monument en l’honneur de la vierge Marie sur le sommet de Brouilly.   


La chapelle est construite par les populations du Beaujolais en l’honneur de la Sainte Vierge pour qu'elle les aide à lutter contre le fléau de la vigne qu'est l’odïum.
Pour poursuivre la découverte, plongez dans une vision panoramique en cliquant ici.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire